Grains à moudre

    Elisa Vesta    Collection Brasil   

Les aventures d'Elisa

Cette histoire ci-dessous racontée a été vécue par Elisa, artiste peintre, qui fut paraplégique après un accident en 1998 avec un taux de handicap à 80%.
Arrivée au Brésil en octobre 2002 Elisa Vesta a durant huit ans parcouru ce grand pays des merveilles, en bateau, en avion, en âne en ULM en bus, avec 200 kgs de tableaux. qu'elle peignait en chemin de Rio à Belem, de Sao Luis de Maranhao à Porto Alegre. Elle est remontée jusqu'à la Bahia Salvador pour redescendre et s'installer durant trois ans à Porto Seguro et Arraial de Ajuda, avant de repartir avec 170 kgs de tableaux vers l'Amazonie, un voyage en bus de cinq jours. Arrivée à Porto Velho elle achète un billet d'embarquement sur un bateau pour un voyage de quatre jours à destination de Manaus. Partie pour négocier rapidement un lot de tableaux auprès du propriétaire d'un grand hôtel sur l'Amazone, elle doit séjourner pendant deux mois dans cette ville gluante, 45° à l'ombre, 90% d'humidité, dans l'attente d'une réponse qui ne viendra jamais ....
Après quatre jours de descente de l'Amazone sur un bateau de cinquième catégorie, le hamac suspendu à côté de cinq tonnes de bananes, et les 170 kgs d'œuvres d'art sous les fesses d'Elisa, ayant en poche 500 réals équivalent de 200 euros ... Elisa ne pouvait toujours pas quitter le Brésil. Arrivée à Belem direction la station de bus et après 36 heures de transport arrivée à Salvador de Bahia une fois de plus.
Elle trouve un squat dans un immeuble du 17ème siècle dans la ville ancienne, le Pelhourino durant un mois, mois de crise où aucun artiste ne vendait. Décidant de partir pour l'île de Boipeba, après avoir acheté une carte postale de celle-ci, située à deux heures de là. Car l'unique lieu où Elisa se sent en sécurité mentale et physique est un endroit entouré d'eau, car à l'âge de quatre jours après sa naissance elle fut élevée dix ans sur un bateau.
Elisa donc se paya un billet aller simple, faute de bateau, ce sera l'île de Boipeba où elle resta dix mois, après avoir peint plus de 600 tableaux grands et petits et conçu le projet du Dende Loft, propriété d'une italienne de Rome. A la fin du contrat, elle revient une fois de plus à Salvador de Bahia où elle s'installe à l'hôtel Imperial dans l'avenue la plus bruyante de la ville. Elle y reste un mois réfléchissant aux incertitudes du futur, devant une fortune qui s'élève aux trois quarts d'un billet d'avion pour nulle part. Elle décide que le bus lui manque et elle en prend un pour la ligne verte à 80 kilomètres de là. Séduite par le paysage de l'entrée du village d'Imbassai elle s'installe près de la rivière à la favela, réunion de personnes pauvres, cherchant à faire sans faire. Elisa attend que la chance lui tombe dessus, ce qui finit par arriver en la personne d'Elton, un vendeur de circuits touristiques et écologiques. Elisa finit par le convaincre d'être le vendeur de ses tableaux et il en vend 108 en quatre mois. Il installe une exposition dans l'unique château médiéval de l'Amérique du sud.
Arrivée en octobre 2002, mois de l'élection du président Lula, Elisa peut partir en avril 2009 vers une île des Caraïbes.