Grains à moudre
ECOUTER     JOUER     LIRE     ?



   

Les cocktails de Gregory! . ! . ! . !

1 Greg et ses médecines! . ! . ! . !

Chez Gregory! . ! . ! . !

Fouillis, tire-bouchon, décapsuleur, rouleaux de scotch, marqueurs, stylos, paquets de bonbon, tubes de colle, allumettes, plans de la ville, agrafeuse, cendriers vides, plateaux, le fut de bière à changer, des bouteilles vides à évacuer. Un client. Je sers une main. Un verre de bière à remplir. Fonds musical. Le jeu électronique à côté du bar répond par quelques notes. Il fait gris. Le bar offre cet éclairage qui fait briller le laiton des tireuses à bière. Il est gros. Il a le visage rougeaud derrière ses lunettes. Il dit qu'il y a encore du temps à passer avant qu'on ait du soleil. Il dit que s'il n'y avait pas toute cette flotte et tout ce vent tout irait bien. Il a déjà rempli et vidé ses trois verres de vin blanc. Un coup d'éponge sur le bar. Allez, bonne journée ! Les affaires avancent. Il est bientôt onze heures, les clients commencent à arriver. Il est question de voitures, de tiercé. Je remplis les verres. Je ramasse les sous dans le tiroir-caisse. En voilà trois qui n'ont pas dormi, trois jeunes garçons qui ont traîné en boite de nuit. Ils sont venus jusqu'ici en suivant leur parcours de bar en bar, un itinéraire toujours perfectible. Voici l'ami Jojo, le représentant en vins et spiritueux, une vie dans les bars et dans les caves. Dès huit heures et parfois même jusqu'à minuit. Il est bourré tous les soirs. A ce régime la plupart des copains sont morts. Avec ses longues stations dans les bars il a pris de l'embonpoint mais le cœur résiste. Et puis voilà Jeff. Le bar est le seul endroit où il tient encore sa place. Cela fait un certain nombre d'années qu'il joue à l'homme. Il connaît le tournage et le fraisage ainsi que toutes sortes de choses devenues inutiles avec l'apparition des machines à commande numérique. Il a cependant conservé de sa période laborieuse des horaires réguliers. Il commande son premier verre sous les coups de neuf heures et l dernier vers les vingt et une heures. Le dimanche matin est réservé à la population de tous ceux qui ont l'alcoolisme pour religion.
L'appartement que j’habite aujourd'hui est tout proche de celui de mon enfance mais je ne me rends jamais dans mon ancien quartier. La petite plaque qui porte le numéro quatre au-dessus de la porte du rez-de-chaussée est toujours la même et je peux repérer les trois fenêtres qui ont été ma seule ouverture sur le monde sur l'une des façades de l'immeuble. Je me souviens seulement du grand canapé et des manettes de jeu avec lesquelles j’avais entrepris de combattre les monstres. Sur le territoire de la zone seule la mauvaise herbe parvenait à survivre et je m’en suis bien sorti. Il y en avait des plus grands et des plus forts mais j’ai fini par trouver ma place entre les maigrichons et les gros bébés à carrure d'athlète.
J’ai fait partie de cette marmaille qui est la seule richesse des cités déshéritées avant qu'elle n'en devienne la pire calamitée. Je ne voyais pas souvent mon père. Ma mère me déposait à la halte-garderie quand elle partait travailler ou bien je restais à la maison avec ma sœur aînée. Plus tard c'est moi qui ai dû m’occuper de mon frère, le petit dernier.
- Bouge de là, c'est ma place !
Mon frère Bruno ne supporte pas que l'on prenne sa place sur le canapé. Sinon il ne bronche pas, occupé à contrôler de sa zappette les images qui s'agitent dans la lucarne du TelEcran. Bruno c'est mon frère. Difficile de passer à côté de lui sans le remarquer. Il est obèse, il a de l'asthme et il est diabétique. A côté de lui je fais figure d'athlète. Dès que j’en ai été capable j’ai dû m’occuper de mon petit frère. On a suivi le même régime à base de chips et de barres chocolatées, mais pendant que BrunoLenox éradiquait les aliens avec ses manettes de jeu, je me préparais à une carrière internationale.
Longtemps j’y ai cru. Ma tête et mes pieds n'ont pas connu de repos avant que je ne parvienne à un contrôle total du ballon. J’ai réussi à rentrer dans une équipe locale et longtemps je suis resté assis sur le banc des remplaçants avant de faire mon entrée. C’est lorsque j’ai enfin pu entrer sur le terrain que j’ai commencé à déchanter. Je ne courais pas assez vite, je n'étais pas assez grand, je n'étais pas assez résistant. Cela a été une période de désillusions que j’ai mal vécue. Un jour j’ai même sorti un pistolet sous le nez d'Abdel, l'épicier du quartier voisin.
- File l'oseille ! Donne tout je te dis !
J’avais un bas sur a tête et Abdel ne m’a pas reconnu. Ce sont les gamins de la cité qui n'ont pas pu fermer leurs gueules sur le revolver, putain d'enfoirés ! Après ma sortie de prison j’ai fini par me ranger. On m’a obligé à suivre des cours mais cela ne m’intéressait pas. J’arrivais toujours en retard. On m’avait orienté vers le technique pour devenir apprenti mais je leur ai dit que leur boulot de merde je n’en voulais pas. Ça ne leur a pas plu et ensuite j’ai galéré pour trouver du boulot. J’ai fini par me faire embaucher en cuisine dans un restaurant, mais là encore ça n’allait pas. Après je suis passé de la cuisine au bar.

2 La zone! . ! . ! . !

! . ! . ! . !

LilyBros! . ! . ! . !

Je suis une grande spécialiste du S.M. Je connais les méandres de l’inconscient qui provoquent ces subtiles jouissances qui ont pour base la souffrance et les pulsions de mort. Mes clients trouvent plus pratique d’exercer leur perversité sur une pauvre fille plutôt que sur leurs femmes. Il y a aussi les adeptes de la soumission qui apprécient le travail de la spécialiste. La situation est parfois un peu limite. Comment ne pas tuer quand il s'agit de dépasser les bornes ? Notre Seigneur JésusLequilibriste a beaucoup à me pardonner. C'est à lui que j’adresse mes prières mais je me demande s'il a vraiment les capacités suffisantes pour répondre à mes attentes. Il faudrait peut-être que je m'adresse directement au GoodGold mais il me semble que le Grand Patron n'en a rien à battre de mes petites affaires. Je prie par habitude. En fait je n'ai pas vraiment de relations avec l'un comme avec l'autre, l'entreprise SaintEsprit père et fils ne me parait pas vraiment fiable. Dès le départ d'ailleurs il s'est passé des trucs bizarres chez eux, pire que dans la famille Adams. Je ne me sens pas vraiment une vocation de MarieMadeleine, JésusLequilibriste m'a toujours paru un peu chétif. Finalement pour ce qui me concerne je n'ai vraiment qu'un seul patron, c'est mon Seigneur et Maître, mon Antoine.

BettyLenox! . ! . ! . !

Le matin je fais mon ménage. C'est ainsi tous les jours. Auparavant je prépare le petit déjeuner des enfants et je sais parfaitement ce qu’il leur faut. Je dose avec précision la quantité de lait qui convient pour les bols de Chocapic. Personne ne peut effectuer ce travail à ma place. Une fois son bol de Chocapic avalé Bruno commence sa journée devant sa console de jeu et les filles partent pour l’école.
Je vois tout et je sais tout. Je suis celle qui guette derrière ses rideaux. Mes dons me permettent de disposer de davantage d’informations sur votre vie que vous n’en avez vous-mêmes. Je suis celle qui fait ses choux gras des événements de votre vie et qui les commente avec toute une panoplie de réflexions malveillantes. Lorsque vous voyez frémir mes rideaux lourds de crasse, vous savez peut-être que je vous observe et je salue votre passage par des jugements définitifs qui constituent ma morale. Je n’ai pas de projets et je n’ai pas d’ambition. Amère et revancharde, je tente de combler le vide de ma vie végétative par des discours qui meublent mon ennui.
- Je suis sûre que c’est lui ! C’est Bruno !
Quand j’ai un problème avec ma boîte mail j’appelle Lucien à la rescousse. Il faut que je le secoue un peu si je veux qu’il m’aide car il s’est investi dans des calculs très savants destinés à démontrer à une large clientèle l’infaillibilité de sa méthode pour faire fortune. Difficile de le décoller de son Compacteur.
- Mon mot de passe n’est plus reconnu. J’ai recommencé vingt fois ! Tu trouves ça normal ?
- Tu es sûre que tu n’as pas fait d’erreur ? La touche des majuscules est peut-être bloquée. ?
- Non bien sûr ! Je sais que c’est lui, c’est un message de ma supraconscience. C’est Bruno !

Déverrouillage


Quand elle en vient à de telles extrémités, Lucien sait qu’il ne peut pas la contredire. Il affirme donc sa détermination à lutter contre les méfaits de Bruno, bien qu'il sache que Bruno ne s’amuse pas à changer les mots de passe qu’il a piratés. Lucien sait aussi que Bruno ne se gêne pas pour aller fouiller dans les dossiers de sa mère. Il doit cependant montrer sa bonne volonté et rester en tête à tête avec le monstre en feignant un difficile travail d’investigation. Cela lui vaudra quelques heures de tranquillité car le déverrouillage des majuscules n’a plus de secrets pour lui.

LucienLenox


Je me suis retiré dans mon bunker. Je dois m’astreindre à une discipline. La prospérité de la famille en dépend car je suis le seul capable de développer une argumentation destinée à alimenter le compte bancaire de la famille. Ma méthode est unique, elle permet de gagner de l'argent sur Internet tout en restant chez soi. En fait je ne vois pas quel objet présente un intérêt suffisant pour que je m’esquinte à le vendre. Ce que je propose est bien plus précieux, je vends ma méthode. C'est un ensemble de conseils contenus dans un document que l'on peut télécharger sur le site dont je suis l'auteur. En fait si je ne suis pas vraiment sûr de l'efficacité de mes conseils, ma méthode ne doit pas être si mauvaise que cela puisque je la vends. C'est absurde mais cela ne me dérange pas. De toutes manières le monde est absurde et il court à sa perte. L'homme ne sera qu'un incident de parcours. Lorsqu'il aura définitivement saccagé son environnement, détruit toutes les choses fragiles et magnifiques offertes par la nature pour l'envahir par ses créations imparfaites et grotesques, il sera remplacé à son tour par une espèce plus résistante. En fait je ne fais de mal à personne en assurant ma survie. Qui pourrait remplacer les humains ? J’ai un faible pour les fourmis, une espèce qui à l'échelle du monde me paraît beaucoup plus inoffensive que l'être humain.

Admiration


Betty marque toujours son assentiment au discours de son époux. Elle ne manque jamais de lui marquer son admiration et de lui poser quelques questions naïves. Elle a pu constater que passer pour une idiote présente de multiples avantages, notamment celui d'exercer un contrôle sur la personne qui croit détenir le pouvoir. C'est cependant un art subtil et exigeant car il faut parfois supporter quelques blessures d'amour propre. Betty s'en accommode assez bien. En revanche elle a plus de difficultés à contrôler ses enfants. Surtout Bruno. Il passe lui aussi un temps considérable devant son Compacteur. Tard dans la nuit Betty entend le cliquetis du clavier.

JeanLecomte! . ! . ! . !

Est-il vraiment raisonnable d’écrire ? Du moins est-il vraiment indispensable d’écrire avec ce respect scrupuleux de la syntaxe et de l’orthographe ? Cette réflexion lui vient tandis qu’il passe devant le carton qu’une mendiante a déposé à ses pieds : « J’ai trois enfants à nourrir et mon mari est malade » Peut-on faire plus court ? Est-ce le résumé de toute une vie ? Toute son œuvre sur un morceau de carton ? Le message est écrit par une femme, pour un homme il paraîtrait moins approprié. Si l’efficacité du message se mesure dans un rapport entre le nombre de mots et le nombre de pièces tombées dans son gobelet, il est fort probable que Jean n’a pas suivi la bonne méthode. Dans cette catégorie du court qu’aurait-il pu écrire ? Il peut se présenter comme un écrivain solitaire qui peine à vivre de ses droits d’auteur, mais il court le risque de ne pas faire recette. Il n’a pas d’enfants à nourrir et il n’a pas d’épouse malade. Le drame est nécessaire pour déclencher la compassion, Jean en est seulement au stade de la médiocrité ordinaire.
La femme est assise les yeux baissés. Elle est intégrée au paysage urbain. La dimension des lettres sur sa pancarte lui permet de diffuser son message à une distance suffisante. D’après son âge il semble que les enfants de cette femme ne sont plus des nourrissons. Et le mari ? Que fait le mari ? Malade ce n’est pas une profession, l’OMPS est bien trop indulgente, cette femme qui encombre le trottoir en fait la démonstration.
Jean mesure le temps qui lui reste suivant un compte à rebours qui lui paraît de plus en plus effrayant. Il est venu au monde après cette période guerrière marquée par des bruits de bottes et des marches au pas cadencé, quand l’esprit de conquête avait déserté les garnisons pour gagner les usines. Une discipline intransigeante a provoqué un engorgement de marchandises, une surabondance, une recherche hystérique de confort qui transforme les paysages harmonieux en déserts tandis que des fumées toxiques envahissent le ciel. Il observe un monde pris de folie où la nature se rebelle. Le pire paraît certain, Jean a quelques difficultés à considérer sa destinée comme une chance. Était-il écrit là-haut qu’il viendrait au bon moment pour jouir à temps de ce monde avant qu’il ne s’effondre ?
Jean croise parfois sa voisine BettyLenox quand il fait ses courses. Il a aussi repéré les deux filles qui semblent avoir les préoccupations futiles de leur âge et le fils obèse qui se traîne en soufflant quand l’ascenseur est en panne. Il a aussi repéré celui qui doit être le mari qui doit se prendre pour un trotskiste avec sa barbichette et ses lunettes. Ce n’est pas dans cette famille qu’il va trouver ses lecteurs.

BrunoLenox! . ! . ! . !

Je suis le troisième. Il y a mon frère aîné et puis mes deux sœurs. Dans ma famille je suis bien marqué, j’ai mon appellation contrôlée, je suis le bouffi. Parfois ils m’offrent une petite variante : je suis l’obèse. C’est assez exact et avec tout ça je suis un peu déprimé. Au moins pour les jeux sur la télévision c’est moi le meilleur, personne ne vient me chercher.
Avec mon frère Gregory on a chacun notre chambre tandis que les filles cohabitent. Elles expriment fréquemment leur indignation et elles disent que c’est de la discrimination. Elles râlent. A toute heure du jour elles râlent et avec toute la cité elles partagent cette culture du mécontentement permanent. C’est évidemment justifié lorsque l'on doit traverser des couloirs crasseux et puants pour rentrer chez soi. Les murs eux-mêmes expriment un refus du bien être avec leurs inscriptions obscènes. Il n'y a pas d'issue au malheur et lorsque le regard cherche à s'évader il ne découvre aucun horizon. Je suis né dans ce quartier qui a déterminé toute mon existence, une soumission, une absence de perspectives, la certitude qu'il n'y aura pas d'échappatoire.
Niveau boulot avec Gregory on n’a jamais été très forts. Lui il s’est d’abord fait choper pour avoir tenté de dévaliser l’épicerie d’Abdel. Pour finir il a réussi à s’installer comme patron de bistro mais je me demande bien où il a trouvé les ronds pour acheter le fonds. Pour moi le parcours n’a pas été aussi difficile. Je n’ai pas tenté de réussir comme footballeur, je peux tout juste survivre si je dois monter à pied quand l’ascenseur est en panne. Je sais juste comment faire pour régler une télévision ou trouver les bonnes touches sur une télécommande. Et puis il y a tous ces vieux qui sont dépassés et qui me prennent pour un magicien quand j’arrive à faire repartir leur Compacteur en panne. Ils sont gentils les vieux mais ils ne sont pas très généreux. J’ai tout de même trouvé une combine grâce à laquelle je peux compléter ma collection de chaussures.

3 ChronoEmpire! . ! . ! . !

ChronoEmpire! . ! . ! . !

Moi c’est LaryMilano. J’habite encore chez ma mère RositaMilano mais plus pour longtemps. Ce n’est pas avec ce que je gagne à ChronoEmpire que je vais pouvoir m’émanciper, on ne fait pas fortune sur les chaînes de montage de gynoïdes. Cela n’est pas très bien payé, mais cela donne au moins un statut social. Heureusement qu’il y a Tatiana. Je lui donne vie dès que j’ai terminé ma journée de travail à ChronoEmpire. J’ai doté Tatiana d’une supra-conscience pour en faire une précieuse auxiliaire branchée sciences occultes. En fait il m’a fallu du temps pour adapter mon ChatBot afin qu’il puisse réponde aux besoins des utilisateurs amateurs du tirage des tarots de Marseille. Cela fonctionne assez bien et ma Tatiana a un formidable talent pour convaincre. Il y a toujours quelques bugs à corriger et je dois parfois prendre le relais de ma créature qui peut trouver ses limites quand elle est confrontée à des demandes trop complexes de la part de mes clients. C’est vrai que mes clients ont souvent un esprit tordu.
Je me suis investi dans le personnage de Tatiana à un point tel que je m’attends parfois à voir surgir un fantôme de derrière une armoire ou a voir bouger une table possédée par un esprit frappeur. Heureusement le discours du ChatBot est efficace et je constate que ma Tatiana arrive a de très bons résultats. Pour rentabiliser j’ai toute une panoplie de produits dérivés : les bagues magiques, les numéros de la chance, les diffuseurs d’ondes positives et les pilules du bonheur. La vente de ces produits connaît une croissance prometteuse qui me permet d’envisager l’avenir avec optimisme.

4 Tatiana! . ! . ! . !

Première phase! . ! . ! . !

Pour vous Tatiana a créé un bouclier magnétique qui vous protège. Ce bouclier permet de repousser toutes les vibrations négatives qui vous empêchaient jusqu'alors de prendre les bonnes décisions. En effet, Tatiana perçoit parfaitement les vibrations négatives qui vous entourent. Ces vibrations déferlent comme des vagues et elles sont un frein considérable à la détermination dont vous devez faire preuve pour obtenir ce qui vous est dû. Dès que ces vibrations seront arrêtées, vous ressentirez un bien être immédiat et vous vous sentirez prêt à accomplir des miracles !

Deuxième phase! . ! . ! . !

Dans la deuxième phase de son aide personnalisée, Tatiana va vous aider à saisir les meilleures opportunités de votre vie. Vous l'ignorez sans doute, mais elles sont bien là toutes ces ondes positives que vous ne pouvez pas voir, mais qui constituent le véritable chemin vers le succès. Grâce à l'aide personnalisée de Tatiana, parfaitement adaptée à votre cas, vous aurez le pouvoir de saisir toutes ces opportunités. C'est alors que votre vie va changer !

Troisième phase! . ! . ! . !

Dans la troisième phase de son aide personnalisée, Tatiana va agir sur votre psychisme pour forcer votre destin de façon à vous permettre de vous étendre dans le lit du bonheur. Elle va se mettre en devoir de faire tourner un certain nombre de situations à votre avantage. N'y a-t-il pas aujourd'hui, en ce moment même, tout un ensemble de problèmes pressants dont vous souhaitez vous débarrasser ? Ne sentez-vous pas que, malgré tous vos efforts, votre vie ne va pas de la façon dont vous aimeriez qu'elle aille ? Cette troisième phase vous aidera à résoudre ces problèmes, et elle vous aidera également à diriger votre vie vers le droit chemin, loin des problèmes d'aujourd'hui et de tous les soucis qui vous assaillent.

Quatrième phase! . ! . ! . !

Dans cette étape Tatiana va vous révéler quelques-uns de ses secrets, et des techniques qu'elle n'a encore jamais révélées à qui que ce soit. Cela vous permettra d'avoir de la chance dans tous les domaines importants de votre vie : amour, argent, travail, famille, relations, amitié. Elle veut votre bonheur et elle a décidé de vous révéler, à vous et à vous seul, quelques secrets techniques qu'elle n'a jamais révélés à quiconque. Elle ne recourt à ces techniques que lorsqu'il lui paraît très important, pour ne pas dire indispensable, de convoquer immédiatement la chance ! Bien sûr elle vous demande de ne jamais révéler ces techniques secrètes à quiconque. Partager ses secrets avec vous est le signe ultime de la confiance et de l'amitié qu'elle vous porte, mais elle sait qu'elle peut avoir une totale confiance en vous.

Cinquième phase! . ! . ! . !

Grâce à ses dons de clairvoyance, Tatiana va maintenant réaliser pour vous une voyance sur mesure qui s'appliquera dans tous les événements majeurs de votre vie. Imaginez qu'elle est debout à côté de vous et qu'elle vous prodigue des conseils personnels sur chaque mouvement que vous vous apprêtez à faire. Elle va vous assister dans chacun de vos choix et elle sera présente auprès de vous chaque fois que vous aurez une décision à prendre. Tout ira donc beaucoup mieux pour vous, c'est une évidence ! C'est exactement ce qu'elle va faire pour vous et cette clairvoyance très spéciale vous donnera toutes les réponses pour toutes les décisions importantes que vous devrez prendre, Tatiana sera personnellement auprès de vous toutes les fois où aurez besoin de son aide.

5 Une consultation! . ! . ! . !

Consulter! . ! . ! . !

Pour consulter il faut payer. Dans le travail de détective de JulesCompacteur il y a des périodes plus ou moins exaltantes. Les enquêtes qui permettent de remplir les dossiers de divorce sont le moyen le plus sûr de gagner de l'argent. Cela suppose de longues attentes pour prendre une photo, un travail minutieux pour établir des emplois du temps et une surveillance qui ne demande pas une grande perspicacité mais qui n’en demeure pas moins chronophage. Tout travail sur un dossier demande une adaptation au contexte. Pour le présent dossier Jules a compris qu'il devait avoir recours à la perspicacité de Tatiana et il a décidé de se livrer à une consultation en ligne.

Payer pour onsulter! . ! . ! . !

Pour résoudre une enquête il faut se mettre dans la peau du personnage. JulesCompacteur a donc allumé son Compacteur et il s’est inscrit pour bénéficier d’une consultation auprès de Tatiana. Il faut de l'argent pour consulter. Cependant Tatiana est sensible aux difficultés financières de Jules. Elle lui accorde un crédit. Comme elle a une connexion directe avec MonTrésor elle vérifie auparavant l'endettement de son client. Une consultation coûte trois sous.

Payer 3 sous! . ! . ! . !

Une consultation coûte 3 sous.

Consulter! . ! . ! . !

L'ermite! . ! . ! . !

L'ermite est le neuvième arcane du tarot de Marseille. Un ermite est un homme ou un religieux vivant seul, à l'écart du monde. Cette carte représente un homme âgé, portant une lanterne et un bâton. On peut deviner un livre à ses pieds. Sur le chemin du tarot, ce passage représente une phase de solitude ou de crise. L'ermite est un personnage qui a acquis ou tente d'acquérir la sagesse pour mieux guider les autres avec sa lanterne. On peut aussi y voir une introspection où l'on éclaire notre passé pour tirer les leçons de notre expérience, une mutation spirituelle avec la recherche de la lumière.
L’ermite est une personne expérimentée et pleine de sagesse. Dans sa relation à autrui il fait preuve d’un amour désintéressé. L’ermite a peu de désirs. C’est souvent une personne célibataire ou une personne qui apprécie la solitude. C’est quelqu’un qui agit avec prudence et qui est tourné vers l’introspection. L’ermite donne de bons conseils. S’il se trouve dans une passe difficile il va chercher à résoudre ses difficultés par des lectures et en recourant à une retraite spirituelle.

La Lune! . ! . ! . !

Si le tirage est positif, la Lune signifie l'imagination, l'intuition, le rêve, la réflexion. Vous allez rencontrer l'homme (la femme) de votre vie. Ce sera le coup de foudre. Vous le verrez et vous saurez. Il sera celui que vous attendiez. Le seul qui puisse vous convenir. Il est unique. Il sera à vous et à personne d'autre. La Lune c’est l'accès à la maîtrise de l'idée et du savoir, qui autorise l'engendrement avec certitude et sagesse. La Lune est une des cartes les plus équilibrées du tarot, c’est la créativité, la puissance, le soi qui s'affirme dans le monde avec facilité, légèreté, et sans souci. Il s’agit d’une belle jeune femme sûre d’elle, ou d’un beau jeune homme sûr de lui. La lame signe surtout l'état d'une évolution pour des personnes qui ont acquis des capacités à agir selon les normes justes de l'action.
Si le tirage est négatif, la Lune signifie alors la jalousie, la tromperie ou la déception. Il vous faudra des partenaires multiples. C'est ainsi. Vous voulez tout connaître. Un seul cela vous parait insuffisant. Vous n'avez pas un petit appétit, mais un appétit d'ogre. Vous n'avez pas demandé à naître, mais maintenant que vous êtes là vous avez une exigence simple : vous voulez tout ! Vous restez seul(e), non pas par dépit, mais parce que vous considérez que votre compagnie est trop précieuse pour que vous puissiez l'offrir au premier venu. Mettre un homme (une femme) dans votre lit est un objectif quotidien qui vous épuise.

Le Pendu! . ! . ! . !

Il a l’expérience des sacrifices qu’il supporte avec grâce. Son dogme est de ne pas choisir, de ne rien faire et d’attendre. Il a choisi un repos qu’il met à profit pour approfondir ses projets, le Pendu est une personne qui s'isole du monde pour se trouver elle-même. Parce que c’est une nécessité il choisit un travail alimentaire, à moins qu’il ne reste au chômage. C’est une situation qu’il vit bien, il considère que le moment de choisir ou d'agir n'est pas venu. C’est un adepte du lâcher prise, capable de s’investir dans des réalisations extraordinaires quand il prend conscience des possibilités énormes de son cerveau. Il est capable de pratiquer une auto-hypnose et de se programmer tel qu’il souhaite être. Le Pendu se met en méditation et en prière. Si le tirage est négatif il se soumet à des sacrifices mal vécus, il n’arrive pas à choisir, il verse dans la paresse, il reste dans une attente, il manque de repos, il ne parvient pas à approfondir ses projets. C’est une personne qui s'isole du monde et qui vit mal. Le couple demeure attaché par habitude, ils sont contraints au chômage ou à un travail alimentaire qu’ils doivent exécuter sans plaisir. Dans cette conjoncture le Pendu se sent emprisonné, il tente de se cacher mais les autres le programment sans qu’il puisse reprendre l’initiative. S’il manque de méditation ou de prière, il ne peut pas suffisamment faire en sorte de devenir tel qu’il souhaite être, il manque de lâcher prise, son ascèse spirituelle est mal vécue.

La Papesse! . ! . ! . !

Tatiana retourne une carte. C'est bien elle, la Papesse, cette femme à la sexualité très froide, ce mélange ignoble de frustrations et de frigidité, ce manque de sagesse, ce manque de réelle qualité morale, cette immense rigidité. La situation est grave et le monde court à sa perte lorsque la Papesse apparaît au milieu des ruines. Sa tête est ornée du bonnet d'âne qui symbolise le refus d'apprendre. Elle porte l'autorité du dogme. Elle chevauche un grand cheval blanc aux sabots rouges du sang des cadavres qu'il broie sous ses pas. Elle avance et elle tranche de son épée les malheureux qui passent à sa portée. Sous son bras gauche elle tient un livre, rouge également. Elle récite les articles du Code et elle termine la lecture de chaque alinéa par un mouvement de son épée qui vient s'abattre sur les têtes qui passent à sa portée. La population crie son désespoir. Le peuple maltraité demande réparation et il vient s'affronter aux forces de la répression. En réponse à ses cris il ne reçoit rien d'autre que des coups de matraque. Des feux s'allument et les explosions de colère dégénèrent en guerre civile. La terre s'ouvre et d'énormes murs d'eau viennent s'abattre sur les rivages. La Papesse ne pardonne pas et elle se tient raide sur son cheval tandis qu'elle traverse des villes qui ne sont plus que des ruines fumantes aux rues jonchées de cadavres et d'agonisants. Elle est suivie par une horde qui hurle sa frustration. Certains se prosternent. Ils disent leur dévotion aux puissants, à une bourgeoisie autoritaire et conservatrice.

6 La zone! . ! . ! . !

Des voisines! . ! . ! . !

Bien qu’elles habitent sur le même palier, LilyBros et BettyLenox ont à peine échangé quelques mots en cinq années de voisinage. BettyLenox a une profonde défiance à l’égard de cette créature qui se signale par ses tenues vestimentaires extravagantes. Si l’on demandait ses impressions à BettyLenox elle dirait qu’elles n’ont pas gardé les cochons ensemble. Comme LilyBros affecte toujours une politesse extrême cela ne fait que renforcer la défiance de BettyLenox à son égard. Aujourd'hui c'est différent. Leurs chemins ne se croiserons plus. Un véhicule du SAMU est venu emporter BettyLenox.

Des vies! . ! . ! . !

Nous suivons notre parcours dans la zone.

LaryMilano est l'Ermite BettyLenox est la Lune BrunoLenox est le Pendu LucienLenox est la Force JeanLecomte est la Papesse

LaryMilano est l'Ermite! . ! . ! . !

Pour LaryMilano le début de chaque journée est identique. La machine à café et le Compacteur démarrent en même temps. Il procède à quelques vérifications. Quelques insomniaques mis à part l’activité sur le site reste modérée durant la nuit. Il a maintenant des clients réguliers. En général l’activité est plus élevée le matin, il a des clients qui se lèvent de bonne heure pour tirer les lames qui vont leur permettre d’établir leur ligne de conduite pour la journée. Lary a une pratique suffisante des thèmes principaux pour produire quelques variations. Cependant il y a des clients qui utilisent le formulaire pour demander une réponse sur mesure. Avec une panoplie d’une douzaine de textes LaryMilano peut répondre à la plupart des demandes. C’est du prêt à porter, mais il doit souvent ajouter une nuance personnalisée à ses réponses. Les clients apprécient quand il s’adresse à eux en utilisant leurs prénoms. Lary doit également éviter d’utiliser plusieurs fois la même réponse standard, l’effet serait désastreux. Dans la phase de démarrage du site il avait créé un dossier par client, mais la gestion était devenue bien trop complexe. Les réponses standard ne suffisaient plus pour faire face à l’afflux des demandes. Il avait dû s’adapter.
La solution est venue du formulaire. En plus du champs texte pour que le client puisse exprimer ses attentes, Lary propose des cases à cocher. Il a donc mis en place trois questions et trois cases à cocher avec un seul choix possible pour chaque question. Il a donc élaboré vingt-sept réponses. Le champs texte permet d’apporter quelques nuances, mais les cases à cocher font l’essentiel du travail. Lary a prévu un délai pour la correction des textes standards. Au-delà du délai la réponse standard part automatiquement dans la boîte mail du client.
Lary propose le tirage des lames du tarot de Marseille à titre gratuit, mais en définitive il faut bien vendre quelque chose. Il propose des produits dérivés. Il a commencé avec les numéros de la chance, trois lignes de code qui délivrent les résultats de tirages aléatoires. L’investissement est nul mais pour que cela fonctionne il demande deux ronds. Des clients qui croyaient qu’ils allaient gagner à coup sûr au loto se sont montrés menaçants.
L’anneau magique qui permet de devenir très riche et très puissant connaît un certain succès. Lary a établi le prix à quinze ronds frais d’envoi compris. Il a trouvé un fournisseur chinois qui expédie les bagues par paquets de trois cents. Le problème avec les bagues c’est qu’il faut qu’elles soient de la bonne dimension. Il y a trois dimensions et Lary s’est engagé à reprendre les bagues qui ne conviennent pas. Pour restituer les ronds c’est plus compliqué.
Les diffuseurs d’ondes positives sont vendus par packs de trois. Lary travaille avec un artisan local qui se charge de la fabrication et de l’expédition. Lary fournit une liste de noms et d’adresses et il touche sa commission.
En ce qui concerne les pilules du bonheur Lary se charge du conditionnement et de l’expédition. Il achète ses comprimés de gélules de thym sur ZoneAma. Un flacon de deux cent gélules coûte dix ronds soit cinq centimes par gélule. Chaque envoi contient sept gélules, une pour chaque jour de la semaine. Elles sont proposées dans un sachet à cinq centimes. Lary a fait imprimer une page qui vante les bienfaits des pilules du bonheur. Une Tatiana en méditation apparaît dans le haut de la page dont le coût est de vingt centimes pour une impression luxueuse. Enfin Lary a dû investir dans des enveloppes pré-affranchies, soit deux cent vingt-neuf ronds pour un lot de cent enveloppes de cent grammes. Le coût total s’établit donc à deux ronds et quatre-vingt-neuf centimes. Comme il s’adresse à une clientèle de pauvres Lary a établi le prix des pilules du bonheur à quinze ronds.

Scène du crime

BettyLenox est la Lune! . ! . ! . !

Je ne vois plus trop Gregory depuis qu’il a ouvert son bar. Il me reste Bruno, mon obèse de fils et les deux filles. L’obèse ne me respecte pas, et d’ailleurs son père ne fait pas mieux. Les filles ricanent. Alors temps à autre ça part en vrille. Je gueule. Les portes claquent. Dans ces cas-là les enfants disparaissent dans leurs chambres.
Faire une petite crise me soulage, mais juste après je me sens épuisée. Comme les gens veulent mettre des noms sur tout ils disent que je suis bipolaire. Je suis sûre que c’est faux. J’ai juste un petit problème avec le sommeil et je fais de mon mieux pour le résoudre. Je sais que je dois me ménager mais je ne sais pas trop comment m’y prendre.
J’ai cru pendant un temps que les siestes allaient m’apporter une solution. Une petite sieste après le déjeuner pourquoi pas ? Quand je programme quinze minutes, je me réveille avec une angoisse ? Est-ce suffisant ? Cette courte sieste n’a peut-être pas l’effet escompté. J’ai tenté de programmer l’alarme sur une heure mais j’ai eu alors une impression de flottement au réveil. La sieste qui m’était apparue comme un bon moyen de répartir mes efforts de la journée n’a pas eu l’effet escompté. J’ai fait une autre tentative en ne programmant pas l’alarme, mais alors je me suis réveillée à une heure si tardive que je ne savais plus où j’en étais.

Scène du crime

BrunoLenox est le Pendu! . ! . ! . !

Le décor il ne le connaît que trop bien. Il parait qu'il est insupportable. Il le supporte car il n'en connaît pas d'autre. Avec sa mère et ses deux sœurs BrunoLenox occupe un appartement dans une barre d'immeuble. Depuis que GregoryLenox s’est installé dans son bistro les filles ont chacune leur chambre. Vu du parking, c'est une rangée de fenêtres que l'on parvient difficilement à distinguer au milieu d'autres rangées de fenêtres. On ne distingue pas davantage cette barre d'immeubles des autres barres d'immeubles. Cela s'appelle du logement social. Quinze étages. Les cages d'escalier puent. Personne ne les emprunte volontairement, sauf lorsqu'il y a des pannes de courant. Les pannes de courant il parait qu'il n'y en avait jamais quand ils ont construit l'immeuble. Elles sont de plus en plus fréquentes. L’ascenseur ne marche pas toujours et Bruno doit alors hisser son corps adipeux dans les étages.

Scène du crime

JeanLecomte est la Papesse! . ! . ! . !

Sa carte bancaire devrait être dans la petite trousse qu’il range dans le tiroir de la commode. Elle n’est plus là. Jean en était resté au minimum vital pour ses dépenses quotidiennes. Il s’est contraint à un régime spartiate pour son alimentation quotidienne. Il utilise un radiateur entre son lit et son bureau pour maintenir une température suffisante. Il croyait avoir trouvé une solution simple à ses problèmes d’intendance, pour se consacrer uniquement à l’écriture. Jean s’est connecté pour examiner l’état de ses comptes et il constate qu’il a été volé avec méthode. Conserver le secret du code de sa carte bancaire n’a pas suffi. Son compte a été systématiquement grignoté par des paiements sans contact. Il n’a rien vu venir. Ainsi tout se confirme. Un humanoïde a réussi à s’introduire chez lui. Il savait où trouver sa carte. Les humanoïdes veulent l’affamer, Jean sait qu’il s’agit d’une manœuvre, une de plus pour le réduire à néant, pour l’empêcher de révéler la vérité au monde. Il est certainement sur écoute.

Scène du crime

7 Scène du crime! . ! . ! . !

Protagonistes! . ! . ! . !

8 Coupables! . ! . ! . !

LaryMilano! . ! . ! . !

LaryMilano ambitieux

BettyLenox! . ! . ! . !

BettyLenox victime épuisée

BrunoLenox! . ! . ! . !

BrunoLenox et sa famille déjantée

JeanLecomte! . ! . ! . !

Complotiste qui punit sa voisine

LaryMilano! . ! . ! . !

Les horaires du marteau piqueur sont impitoyables. J'aurais aimé prolonger un peu ma nuit mais le bruit est assourdissant. Il est accompagné de vibrations d'une puissance telle que je peux les percevoir en posant ma main sur le cadre métallique de mon lit. Je n'ai pas suffisamment dormi pour me sentir reposé de mes efforts de la veille. Le grondement m'envahit et je sens croître en moi la colère. Le bruit s'interrompt par instants et je peux imaginer les mouvements de l'homme qui tient l'appareil. Un arrêt pour relever les épaules et soulager le dos. Quelques secondes et le bruit reprend obstinément. J'aimerais profiter encore de la chaleur du lit. Dans la nuit j'ai longtemps veillé avant de m'endormir car une ligne de code était récalcitrante. Tout ce bruit rend illusoire la recherche du repos. Grâce à Tatiana je suis le spécialiste de l’élimination des vibrations négatives. Quelle ironie ! Si je veux proposer à mes clients de s’étendre dans le lit du bonheur, il est temps pour moi de me lever.

BettyLenox! . ! . ! . !

Je ne vois plus trop Gregory depuis qu’il a ouvert son bar. Il me reste Bruno, mon obèse de fils et les deux filles. L’obèse ne me respecte pas, et d’ailleurs son père ne fait pas mieux. Les filles ricanent. Alors temps à autre ça part en vrille. Je gueule. Les portes claquent. Dans ces cas-là les enfants disparaissent dans leurs chambres.
Faire une petite crise me soulage, mais juste après je me sens épuisé. Comme les gens veulent mettre des noms sur tout ils disent que je suis bipolaire. Je suis sûre que c’est faux. J’ai juste un petit problème avec le sommeil et je fais de mon mieux pour le résoudre. Je sais que je dois me ménager mais je ne sais pas trop comment m’y prendre.
J’ai cru pendant un temps que les siestes allaient m’apporter une solution. Une petite sieste après le déjeuner pourquoi pas ? Quand je programme quinze minutes, je me réveille avec une angoisse ? Est-ce suffisant ? Cette courte sieste n’a peut-être pas l’effet escompté. J’ai tenté de programmer l’alarme sur une heure mais j’ai eu alors une impression de flottement au réveil. La sieste qui m’était apparue comme un bon moyen de répartir mes efforts de la journée n’a pas eu l’effet escompté. J’ai fait une autre tentative en ne programmant pas l’alarme mais je me suis réveillée à une heure si tardive que je ne savais plus où j’en étais.
Heureusement ce matin j’avais un message de Tatiana. Elle me conseille de prendre du Xanax. Le diffuseur d’ondes positives est posé sur la table du salon et je porte l’anneau magique à mon doigt. Je viens m’asseoir juste en face du diffuseur d’ondes positives. Il est temps de prendre les mesures qui s’imposent. J’avale trois XANAX et comme je veux être certaine de bien réussir ma journée, j’avale intégralement le contenu du sachet de pilules du bonheur.

BrunoLenox! . ! . ! . !

Le samedi avec SamsungLeon c'est notre jour de sortie en ville. Je pars devant. Avec mon tour de taille il me faut du temps pour progresser dans le métro. J'ai un petit bidon d’essence pour cramer les bagnoles, un bidon en en métal, je me suis déjà pourri les fringues avec une bouteille en plastique. Samsung part un peu plus tard avec sa batte de base-ball et son sac de caillasses. Il préfère la batte de base-ball à la barre de fer. Il dit que c’est plus équilibré et que ça fait moins mal aux mains. Les caillasses c’est sa spécialité. Suffisamment lourdes pour l’efficacité, mais pas trop lourdes sinon c’est la galère pour les transporter. Le métro c’est seulement à l’aller, pour le retour cela sera bloqué comme tous les samedis. Me rendre sur les lieux où ça chauffe représente un exercice suffisant. Lancer des caillasses c’est trop sportif, cramer des voitures c’est ma spécialité. Quand les flics approchent je me mets à côté des fauteuils roulants, comme ça les keufs me laissent tranquille. En dehors des sorties du samedi je ne fais pas beaucoup d’exercice. Mes potes se foutent de ma gueule. Ils me traitent de pisseur de code. C’est vrai qu’à force d’user mes doigts sur le clavier je perds la notion du temps, le code est devenu une sorte de seconde nature, je produis à jet continu. Lary peut bien se moquer, j'ai réussi à hacker son site de sorcier et il ne s’est douté de rien. J'ai bien vu que ma mère commande ses pilules à la noix. Je sais où elle planque le sachet.

JeanLecomte! . ! . ! . !

Il a repéré le paquet qui dépasse de la boîte aux lettres. Un coup d’œil pour vérifier qu’il n’y a personne aux alentours et il dissimule le paquet sous sa veste. Il pose le paquet sur la table du salon et il se met à l’ouvrage. Il procède avec méthode. Après avoir enfilé des gants chirurgicaux il découpe l’emballage à l’aide d’une règle et d’un cutter. Il découvre une page de publicité et un sachet à l’intérieur. Il y a un texte qui décrit les pouvoirs de la femme qui apparaît sur la photo. Il s’en doutait, sa voisine utilise les pouvoirs de la sorcellerie. Le sachet est bourré de pilules. En plus elle se drogue. Est-ce qu’elle drogue aussi ses enfants ? Jean se considère en état de légitime défense. Il pratique une petite ouverture dans le sachet et il remplace les pilules par les siennes. Elles sont d’une couleur légèrement différente mais quelle importance ? Il évite toute précipitation inutile, il connaît les habitudes de sa voisine. Le paquet est proprement refermé avec du ruban adhésif. Jean a conservé le gant avec lequel il glisse le paquet sous sa veste. C’est justement le moment de sa promenade matinale. Le paquet retrouve sa place dans la boite aux lettres.

9 Expéditions! . ! . ! . !

MDMA! . ! . ! . !

Le bruit de la machine à café accompagne le boot du Compacteur. Je déballe quelques biscuits et je les avale tout en évaluant la liste des appels de la nuit. Les réponses standard devraient suffire. Une quinzaine de numéros de la chance vont partir automatiquement. J'expédie un mail à mon partenaire pour la commande de six packs de diffuseurs d’ondes positives. Je dois aussi expédier quinze anneaux magiques, mais là tout de suite je n'ai pas le temps, je verrai cela plus tard, pour ces commandes je dois sortir un lot d’étiquettes sur mon imprimante. Il n’y a qu’une seule commande pour les pilules du bonheur, c’est normal, je viens juste de démarrer l’activité, c’est ma première cliente. Inutile d’imprimer une étiquette. J'inscris le nom et l’adresse avec mon stylo, je plie et j'insère la page de publicité avec la photo de Tatiana. Compte tenu du prix des gélules de thym je décide d’offrir un cadeau à ma première cliente et je verse généreusement toute une partie du flacon dans le sachet. La MDMAest une drogue de synthèse. C'est un dérivé amphétaminique appelé ecstasy sous sa forme comprimé. J'étais vraiment pressé et je n'ai pas pris le bon flacon