Grains à moudre
RECITS     LIENS     A PROPOS
   

Game over

...

Page 1 - La scène du crime

...

1 - Game over

...

2 - Premières constatations

... Le certificat de décès mentionne une date de naissance de la victime qui permet d'estimer qu'Elise Durand est plus jeune que son mari d'au moins quinze ans. A son réveil tôt ce matin elle s'est inquiétée de ne pas le trouver auprès d'elle.

- A quelle heure avez vous constaté le décès ?

- Un peu avant sept heures. Je ne sais plus vraiment. J'étais vraiment bouleversée.

Elle ne semble pourtant pas perturbée outre mesure. C'est une belle femme brune au regard vif qui semble dotée d'un fort tempérament.

- Vous aviez vu cette blessure sur le front auparavant ?

- Non, je ne sais pas d'où elle vient ...

- Quel est ce flacon sur la commode du salon ?

- Je l'ai montré au médecin. Il m'a dit qu'il faudrait que ce soit examiné. Je n'ai touché à rien. Je sais qu'il prenait des amphétamines. Il travaillait trop. Surtout en ce moment, il avait un projet de scénario qui l'obsédait.

- Vous avez des détails sur ce scénario ?

- Il m'en a parlé. C'est une histoire de science fiction. Il devait avoir Ariana comme actrice.

- Ariana ?

- C'est celle qui chante "I only want to die alive". Cette fille est vraiment débile.

Jules n'est pas très en phase avec l'actualité musicale, mais voilà un titre vraiment bizarre. Une fille qui aspire à un destin de mort-vivant ?

- Il était survolté à l'idée de sortir un film avec cette fille. Vous connaissez sûrement ?

- Pas vraiment. En tout état de cause vous ne devez pas vous éloigner dans les semaines qui viennent et vous devrez me contacter si vous disposez d'éléments qui peuvent aider l'enquête. Si vous n'y voyez pas d'inconvénient, je vais mainteant examiner le contenu de cet ordinateur. Cela peut nous permettre de mieux comprendre les raisons du décès.

Le corps d'André Durand est évacué à la morgue pour autopsie. Le technicien du crime qui accompagne Jules prend quelques clichés et il s'intéresse aux empreintes sur le clavier. Jules peut maintenant s'installer à la place du mort.

3 - Commandes MSDOS

... L'ordinateur d'André Durand est une véritable pièce de musée. Il a été costruit Jules Compacteur rest attaché à la commande CHKDSK. Révérence envers sa majesté dir autoexec keybfr scandisk ... Jules Compacteur éprouve un grand plaisir à retrouver les commandes mises en place par SaMajesté dans les années 80. Il voue une affection particulère au CHKDSK

4 - Wordstar

...

5 - Les Editions Durand

... un bon vieux pacman ... Visiter les bureaux de l'éditeur Jules s'est rendu au siège de "Fourvière Productions" la société créée par André Durand. A l'évidence André Durand était très actif. Il y a un tel fouillis sur son bureau qu'il faudrait un temps infini pour y trouver un quelconque élément. Enquête de voisinage à son bureau. Les secrétaires les auteurs harcèlement sexuel Jules trouve un scénario en projet. Ca correspond avec l'agenda sur l'ordinateur. Prise de rendez vous au Bistro Autrement Musée des Frères Lumière.

Page 2 - Steack tartare

...

1 - Tartare

...

2 - PetitFaitout

... Le PetitFaitout a fait le choix du steack tartare et il voit arriver son assiette avec enthousiasme:

- Voilà un excellent travail, un vrai professionalisme et cela va constituer une introduction idéale à ma démonstration. C'est très simple. Prenez un cerveau d'adolescent bien vert. Avant de le préparer il faut vous assurer que ce cerveau est suffisamment immature. Les cerveaux qui nous sont livrés sont généralement mous, mais si vous avez affaire à un cerveau insuffisamment malléable il faut intervenir auprès des parents afin d'intensifier l'exposition télévisuelle. La consistance molle du cerveau de l'adolescent a été obtenue grâce aux soins attentifs des éleveurs. Ils ont mis au point des programmes très élaborés qui permettent d'alterner différents séquences. La phase qui occupe la plus grande partie du temps de l'adolescent est réalisée à l'aide de quelques ingrédients, dont deux au moins sont tout à fait indispensables : le canapé et le téléviseur. Quelques observations ont été suffisantes pour constater la complémentarité de ces deux objets. La platitude et la vulgarité des programmes atteint de façon très directe les zones du cerveau de l'adolescent qui vont lui permettre de développer une vision atrophiée du monde. C'est un monde dans lequel les seuls enjeux qui lui sont proposés comme dignes de susciter son ambition sont la consommation de friandises et de boissons sucrées. N'est-ce pas merveilleux ?

3 - Jules

... Jules est enthousisamé :

- Tout à fait ! Voilà une jeunesse qui s'en tient à des objectifs raisonnables. La jeunesse en a enfin fini avec les vieux afrontements idéologiques Et puis nous ne devons pas oublier le formidable apport des réseaux sociaux. Cela leur permet un partage des idées avec souvent une grande originalité. Evidemment il y a quelques dérives. Nous avons aujourd'hui tout ce courant des platistes, cette communauté qui est convaincue que la terre est plate. Evidemment cela parait un peu tordu, mais ne faut-il pas admirer l'audace de ces gens qui n'hésitent pas à affirmer leurs convictions ?

4 - Un robinet

... Evidemment ! Apparemment les informations diffusées sur nos réseaux semblent diffusées avec un certain désordre. Là encore nous avons su innover. Vous voyez bien comment fonctionne un robinet ? Ce n'est que de l'eau. Notre réseau fonctionne selon le même principe, mais si l'on décompte le nombre de robinets en regard du nombre de téléphones dans les régions les plus déshéritées, la puissance de notre réseau parait infinimment supérieure. Nous avons dépassé ce stade très élémentaire de la distribution d'un liquide sans saveur. Il faut partir de ce goût que nous avons tous pour le partage. Cela concerne bien sûr nos opinions politiques. Elles sont de peu d'intérêt si nous ne parvenons pas à les partager. Et puis lorsque nous constatons que nos chefs ou nos collègues sont incompétents, n'avons nous pas le devoir de le faire savoir ? Les gens s'ennuient au travail mais ils ne peuvent pas affirmer auprès de leurs collègues qu'ils détestent ce qu'ils font. Il faut bien qu'ils expriment leurs frustrations quelque part. Ce besoin du partage est sans doute encore plus fort chez nos jeunes. Plutôt que d'aller s'iscrire dans des organisations religieuses ou politques, nous leur offrons la possibilité d'aller s'inscrire dans des mouvements. Le propre d'un mouvement étant d'avoir le sens que l'on lui donne, nous soutenons tous les mouvements en évitant le seul danger véritable : que le mouvement est un sens.
L'école a bien mis en place quelques démarches pour structurer le cerveau des adolescents. Vous savez bien cependant que ces efforts sont inuiles. Les adolescents vont à l'école pour échanger avec les amis. Si l'on essaie de contrarier ce besoin ils se tortillent sur leurs chaises et ils recopient sans comprendre. Les jeunes ont une mémoire visuelle qui leur permet d'assimiler, mais nous évitons de leur donner du texte. Par contre la jeunesse fait preuve d'une formidable aptitude à partager. Le partage se réalise dans tous les domaines et la jeunesse ne cesse d'accoitre ses connaissances. Quoi qu'il advienne ils sont irresponsables. Ils ne sont pas là pour apprendre. Ils sont dans une démarche qui consiste à se faire prendre en charge. Aujourd'hui ils font peser le poids de leur vacuité sur un professeur et demain cela sera sur la société dans son ensemble. Ils sont passés par la moulinette d'unze sélection qui facilite des passages destinés à ne pas allonger la durée de la garderie. On ne sait qu'en faire. Puisqu'ils n'ont pas été capables de s'adapter aux exigences qui leur ont été soumises, on a adapté les exigences. Il ne s'agit plus vraiment d'acquérir des connaissances. Il leur sera proposé d'acquérir des notions que la simple lecture du journal permettrait d'acquérir et qui feront l'objet d'un enseignement. Ces notions mêmes deviendront difficiles à transmettre car leur acquisition demande que l'on éprouve un intérêt minimum pour le monde. Evidemment toute vérité n'est pas bonne à dire, mais la vérité s'absente quand l'objectif qui prime est que "cela se passe bien".